Err

  •  
  •  

La saga des topinambours

/La grande saga des Fruits et Légumes
Chronique sérieuse et documentée par Thierry Ganchou
Aujourd'hui : le topinambour.

Découvert par hasard au Brésil en 1644 par la tribu des " Topinambas ", le topinambour est un tubercule méconnu et injustement considéré. Mais quelle est son histoire ?
Les Topinambas constituaient une féroce peuplade d'Amérique du Sud qui vivait au XVIIème siècle, au pied du volcan Topin. Ils étaient en guerre avec les Topinanho qui vivaient aussi sur le volcan, mais, eux, en haut.
Une terrible jalousie divisait les deux peuples.
Les cultures étaient rares au sommet du volcan mais la vue était plus belle.
En revanche, si les récoltes étaient abondantes au pied du Topin, on ne voyait pas l'horizon de tous les cotés.
Cela avait engendré une haine fratricide entre les deux clans et une lutte sans merci agitait le volcan (ce qui n'est jamais une bonne chose à faire, disait H. Tazieff).
Lorsque l'expédition anglaise, menée par le capitaine Eleven-Twelve, ramena quelques indigènes topinambais sur le vieux continent, ce ne fut pas sans bijoux, pierres précieuses, graines, épices et bien évidemment, ces merveilleux tubercules : les topinambours.
Par un caprice de la nature, une semaine après le retour de l'expédition, alors que la bataille faisait toujours rage entre les deux tribus, le volcan entra en éruption, étouffant simultanément et définitivement les cultures et le conflit.
Les cuisiniers anglais ne tardèrent pas à découvrir que cette racine s'incorporait parfaitement à leur fameuse recette de Carré d'agneau à la confiture de poulpe et qu'elle en rehaussait également la saveur.
La légende était née : La Racine au Carré.

Mais, au delà de ses qualités gustatives, c'est dans la littérature que nous devrons nous plonger pour mesurer l'impact du topinambour dans l'expression poétique contemporaine.
En effet, après des siècles de platitude, la poésie allait enfin renaître, le topinambour offrant enfin une rime nouvelle au mot " amour ".

" Oh, rage, oh, désespoir ! Oh, vieillesse ennemie,
   N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie.
   Un plus jeune et plus beau m'a volé ton amour !
   Qui, désormais, fera cuire mes topinambours ? "
Corneille

Ou plus proche de nous :

" Reviens, reviens, mon amour
   J'te f'rai des topinambours !
   Reviens, reviens, ma chérie,
   J'te f'rai cuire des salsifis ! "
Benabar

Voilà, en espérant vous avoir cultivé(s)…

Rédigé le  19 oct. 2012 19:06 dans LEGUMES  -  Lien permanent
Voir le produit associé

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site